• Aucun article dans le panier.

Le Cameroun face aux problème du sous développement

Le développement exige la mobilisation de toutes les énergies et de tous les moyens. Il nécessite aussi et surtout la définition d’objectif précis et accessible, le choix des priorités et la recherche des méthodes approprié pour atteindre ses objectifs. C’est ainsi que le Cameroun a adopté plusieurs stratégies de lutte contre le sous-développement.


Les systèmes dominants dans le monde

La vie libérale

Certains pays tels que la Côte d’ivoire, le Gabon, le Brésil… se sont inspirés du système capitaliste dit d’économie libérale ou de marché. Le capitalisme est un système économique et social fondé sur la propriété privée des moyens de production et d’échange.

La voie sociale

D’autres pays tels que Cuba, le Vietnam, la Corée du Nord… ont choisi un système socialiste impliquant une économie dirigée par l’Etat. Le socialisme est un système politique économique et social fondé sur le dirigisme étatique et la collectivité des moyens de production et d’échange. Il faut cependant dire que les dans les deux cas, les pays du tiers-monde en général et le Cameroun en particulier y ajoutent souvent des modifications afin de les adapter à leur contexte.


L’exemple du Cameroun

Les politiques de développement

Les politiques Camerounaises de lutte contre le sous-développement ont évoluées avec le temps en fonction des contextes.

Le libéralisme planifié (communautaire)

Cette option répond à une double préoccupation: d’une part le Cameroun reste convaincu que l’initiative privée est le meilleur moteur du développement. D’autres parts l’Etat responsable de l’intérêt général doit mobiliser, coordonner et orienter toutes les initiatives publiques et privées vers la réalisation du progrès équilibré et harmonieux de l’ensemble de la communauté nationale. Ceci sur la base de la solidarité nationale, de la justice sociale et du partage équitable des fruits de la croissance.

Développement auto centre

Il repose sur 3 principes fondamentaux Camerounais doivent être le moteur de leur propre développement, ensuite la main mise de l’Etat sur les secteurs clés de l’économie, enfin les échanges internationaux basées sur les avantages réciproques.

La libéralisation de l’économie

Elle résulte des effets pervers de la crise économique et des exigences du contexte économiques international orienté vers la mondialisation, celle-ci passe d’abord par la mise sur pied des programmes d’ajustement structurels(P.A.S), basé sur la restauration des grands équilibres macro-économiques(P.I.B, balance de paiement, Import export dette*, la libération des filières économiques basées sur le désengagement de l’Etat du secteur productrice de l’économie afin de stimuler la compétence et la relance économique.

L’aide internationale

Le Cameroun s’appuie également sur l’aide internationale pour promouvoir son développement économique. Cette aide prend différentes formes: aide financière (FMI, BIRD, BID, BAD, Club de Paros, Club de Londres); la coopération technique, des conventions entre producteurs et acheteur (exemple: Lomé I, II, II, IV entre UE et ACP); la coopération régionale (CEMAC, CEEAC, CBLT…)


Malgré les multiples politiques adoptées, l’aide internationale et de nombreuses organisations sous régionaux, beaucoup reste à faire au Cameroun pour sortir du sous-développement en commençant par une réforme de mentalités.

3 décembre 2021
© GoSukulu SARL. Tous droits réservés.
Ouvrir le chat
Besoin d'aide?
Salut👋,
Comment puis-je vous aider?